Le droit du luxe

Le cabinet d’avocats en droit du luxe à Paris Crefovi explore la discipline juridique qu’est le droit du luxe. L’émergence du droit du luxe et de la mode: un nouveau secteur juridique en plein essor. Consulter notre supplément thématique Revue Lamy Droit des Affaires, sur le droit du luxe, ici.

Le droit du luxe

Le luxe est un concept qui fait rêver, qui évoque des objets exquisément ouvragés, des odeurs et des saveurs envoûtantes, des services rendus avec un  zèle et une célérité sans faille. Le luxe, ou luxus en latin (abondance, raffinement), est l’apogée de la société de consommation, le summum du monde matérialiste, parfois proche de la luxure (luxuria) mais irradiant toujours une lumière (lux) incandescente. Le droit, en comparaison, est une notion austère et rigoureuse, définie comme un ensemble de règles régissant la vie en société et sanctionnées par la puissance publique.

Le droit amène et rappelle à l’ordre, instaure un sage équilibre entre l’équité et les intérêts matériels et moraux de la société. Il constitue, en outre, une prérogative attribuée à un individu, dans son intérêt, lui permettant de jouir d’une chose, d’une valeur ou d’exiger d’autrui une prestation. Pourquoi allier dans le titre de ce supplément thématique ces deux termes si opposés, à l’antithèse l’un de l’autre ? Pourquoi attirer ces contraires, les marier pour faire naître un nouveau concept ? On relève une tendance du droit contemporain à développer de nouvelles branches juridiques en fonction de secteurs industriels, culturels ou artistiques en expansion ou ayant un poids économique sensible dans le produit national brut (PNB) français tels le droit du cinéma (cf., par exemple, Gaz. Pal. 11 au 13 mai 2003, Droit du cinéma) ou, encore, le droit du sport (cf. le projet de création d’un Code du sport annoncé fin 2003 par le ministre des Sports).

Ainsi, par le biais d’un tri des normes de droit public et/ou de droit privé effectué en fonction des besoins et paramètres d’un secteur industriel ou culturel déterminé, il est possible de créer un cadre juridique adapté à ses spécificités. Le secteur du luxe a déjà été étudié sous l’angle du marketing (cf. Allérès D., Luxe … Stratégies Marketing, 2e éd., Economica, 2003 ; Haie V., Donnez-nous notre Luxe quotidien, Institut Supérieur de Marketing du Luxe, Gualino Editeur, 2002), de la sociologie (cf. Castarède J., Le luxe, édition Que Sais-je ?, PUF, 3e éd., 2003 ; Prévost G., Voyage au pays du luxe, Le cherche midi, 2001 ; Richou S. et Lombard M., Le luxe dans tous ses états, Economica, 1999), de la vente et du management (cf. Blanckaert C., Les chemins du luxe, édition Grasset, 1996) mais, en revanche, il ne l’a jamais encore été au regard du droit qui lui est applicable. Pourtant, la connaissance et la maîtrise du droit des affaires par les professionnels du luxe est indispensable pour que les maisons de luxe se créent, se développent, s’adaptent, prospèrent ou survivent. Même si les créateurs et directeurs artistiques pourraient penser que seuls leur génie et leur créativité amèneront l’entreprise au firmament, l’importance d’une stratégie commerciale et financière claire, indissociable des différentes techniques juridiques et financières qu’offre le droit des affaires, semble désormais incontournable.

Si les parts de marché du secteur du luxe, force économique primordiale pour la France, étaient détenues, jusque dans les années 1990, par des marques françaises, elles sont cependant aujourd’hui en constante réduction, conquises par les concurrents italiens, allemands, américains ou japonais. Aussi, les maisons de luxe françaises ne sauraient davantage se passer des outils intellectuels, économiques et juridiques de pointe nécessaires à l’adoption d’une stratégie tant défensive qu’offensive dans ce secteur extrêmement compétitif, outils que le présent supplément se propose de présenter et d’analyser.

Lire l'article ici

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

captcha


-- Télécharger sous format PDF --


IFLR banking yearbook 2003

Crefovi published this interview in the ‘special banking’ supplement from International Financial Law Review (IFLR) in 2003 (IFLR banking yearbook). This article summarises the state of banking and finance regulations that apply to financial services companies and banks in France, in 2003.

IFLR banking yearbook 2003What legislation governs authorisation and regulation of banking activities in France? What has been the most significant regulatory issue in your jurisdiction?

Banking transactions, defined by Article L 311-1 of the French Monetary and Financial Code (the Code) comprise the receipt of funds from the public, credit operations and making available to customers or managing means of payment. Pursuant to Article L 511-5 of the Code, only credit institutions shall perform banking transactions in France on a regular basis. Article L 611-1 of the Code provides that the professional body named Committee of Banking and Financial Regulations (CRBF) is entitled to issue new regulations applicable to all credit institutions.

Investment services, defined by Article L 321-1 of the Code, comprise reception and transmission of orders on behalf of investors, execution of orders on behalf of investors, dealing for one’s own account, portfolio management, firm-commitment underwriting or standby underwriting, placing. Pursuant to Article 531-10 of the Code, only investment firms and credit institutions authorized to carry out investment services (so-called investment service providers) shall provide investment services in France on a regular basis. Pursuant to Article L 622-7 of the Code, the general regulations of the Conseil des Marchés Financiers (CMF) apply to all investment service providers, including credit institutions authorized to provide investment services as related services. Moreover, pursuant to Article L 621-6 of the Code, the rulings of the Commission des Opérations de Bourse (Cob) also apply to investment service providers.

The most recent significant regulatory issue in France has been the draft bill on financial security (Draft Bill), discussed before the Parliament since March 2003. The main interests of the Draft Bill consist of the merger plans between the Cob and the CMF, in order to create a new entity named Autorité des Marchés Financiers (AMF) or Financial Markets Authority. The AMF is directed by a group (College) that largely represents the market. This Draft Bill also provides specific rules on solicitation regarding banking and financial transactions.

What are the key activities for which authorisation is required?

The conduct of banking activity or the provision of investment services on French territory (as defined above) are subject to a prior authorization from the Credit Institutions and Investment Firms Committee (Cecei), an organization responsible for granting business authorization to credit institutions and investment firms in France.

As far as the provision of investment services (except portfolio management) is concerned, the Cecei shall give a copy of the application file to the Conseil des Marchés Financiers. As far as portfolio management activities are concerned, the Cecei shall give a copy of the application file to the Cob, the regulatory authority responsible for authorization and supervision of both French and foreign collective investment schemes in France. However, if this latter activity is to be carried out on an exclusive basis, the Cob will be the only supervisory authority.

What sanctions are available to the regulators in France when taking action against regulated bodies?

The sanction of financial offences in France is complex: these violations being both criminal offences and breaches of administrative rules, they can lead to both prosecution in front of a criminal court and administrative as well as disciplinary proceedings in front of the Banking Commission or the Cob, or the CMF. Three types of sanctions can therefore be taken against a regulated entity. The only limit to this plurality of criminal and administrative sanctions is the application of the principle of proportionality.

Pursuant to Article L 613-21 of the Code, credit institutions may be sanctioned by the Banking Commission if they have breached a law or regulation relating to their activities, or failed to comply with a recommendation, instruction or notice. The sanctions are either a reprimand, the banning from the list of authorized credit institutions through a withdrawal of the banking licence granted in the past, a fine or the limitation of distributions of dividends.
Pursuant to Article L 621-15 of the Code and to repress anti-competitive behavior on the financial markets, the Cob can either fine for a maximum amount of €1.5 million ($1.75 million) or when some profits have been realized, give a pecuniary sanction that cannot be more than 10 times the amount of those profits, any person who has unfairly influenced the functioning of the market. The decision of sanction may also be published on certain newspapers and publications selected by the Cob. Pursuant to Article L 532-10 of the Code, the Cob may also sanction portfolio management companies by withdrawing their licence.

The CMF also holds some disciplinary powers on regulated credit institutions and investment firms (Article L 622-15 and seq of the Code). The CMF may either pronounce a warning, a reprimand, a fine with a maximum amount of €1.5 million (or, when some profits have been realized, a pecuniary sanction that cannot be more than 10 times the amount of those profits), or prohibit temporarily or permanently the provision of investment services by the concerned entity. The CMF can also withdraw the licence of a credit institution or investment firm.

Along with these administrative and disciplinary sanctions, a criminal court can also sanction a regulated entity for breaching market transparency (that is, insider trading, communication of privileged information, market manipulation and so on) pursuant to Article L 465-1 and seq of the Code. The regulated body can be sentenced by the court to a fine equal to five times the amount of the fine that would have been given to a natural person. Also, the entity can be either wound-up, banned from exercising certain activities (which have been the cause of the infraction) for a limited period of time, put under legal surveillance, or excluded from the public markets for a limited period or indefinitely, pursuant to Article 131-39 of the French Penal Code. The decision of the criminal court can be published in the media.

Does the regulatory regime for banking business in your jurisdiction include regulatory conduct of business rules governing the obligations of a bank to its customers?

Article L 533-4 of the Code implements into French law Article 11 of the Investment Service Directive of May 10 1993, relating to conduct of business rules for investment service providers. Notably, this article from the Code provides that investment service providers shall « check the financial situation of their clients, as well as their experience in investment matters and their objectives as far as the requested investment services are concerned ». Conduct of business rules for investment service providers are issued by the Conseil des Marchés Financiers (Title III of its General Regulations) and apply to all investment service providers except those offering portfolio management services on behalf of a third party. Portfolio management companies shall comply with Cob Ruling number 96-03 relating to conduct of business rules applicable to portfolio management services on behalf of a third party.

Moreover, Article L 562-2 of the Code provides that all credit institutions and investment firms must be vigilant and declare to Tracfin, the organization in charge of anti-money laundering controls, any sum written in their books that could emanate from drug trafficking or criminal activities, any transaction that could be linked to such traffic or activities and any transaction in which the principal’s or beneficiary’s identity is unclear.

SUPERVISORY REQUIREMENTS

Does the regulatory regime for banking business in your jurisdiction include regulatory capital requirements? If so, are these based on the Basel Accord and are there significant variations from the core Basel recommendations?

The French regulatory regime includes several capital requirements, for example, the definition of own funds of French credit institutions as provided by Regulation number 90-02 of the CRBF dated February 23 1990, the solvency ratio defined by Regulation number 91-05 of the CRBF dated February 15 1991 or the large exposures ratio as described in Regulation number 93-05 of the CRBF dated December 21 1993. Both credit institutions and investment firms must comply with those prudential rules, as provided by Articles L 533-1 and L 533-2 of the Code.

These French regulations on capital requirements derive either from harmonized rules adopted by the EU through directives and regulations inspired by the Basel Committee’s capital measurement and capital standards of July 1988, or from French prudential rulings that aim to set higher and stricter standards on capital requirements. French capital requirements always comply with the minimum standards to be achieved, defined by the Basel Accord of 1988. For example, the Instruction number 96-01 of the Banking Commission dated March 8 1996, on prudential surveillance of market risks and the reporting of the international solvency ratio complies with the common minimum frame set up by Basel I.

What effect will Basel II have on banking transactions in your jurisdiction? Are financial institutions already taking account of its effect?

The new Basel reform, which sets up a model of internal control that checks that own funds of banks relate to credit risks and operational risks through the Mc Donough ratio, favours the transfer of risks outside the banking system (for example, it favours securitization outside the banking system which is detrimental to interbanking securitization) and may constitute a substantial advantage for banks that finance retail customers. In effect, while the default probabilities are equivalent to those of institutional customers, the requirements in own funds are significantly lower for retail customers than for companies, sometimes by as much as half. French retail customers being, in average, less indebted than other retail customers from certain other developed countries and particularly than American retail customers, French bankers think that it is essentially American banks which could take a competitive advantage from the Basel reform. The same applies for revolving credit, which is the favourite way to obtain consumer credit in the US and which is treated in a very favourable way in the Basel II agreement, while it represents 7.4% of the American GDP and only 1% of Euroland’s GDP.

Does the regime in your jurisdiction include rules and operational and organisational requirements relating to internal controls and operational risk?

Pursuant to Regulation number 2001-01 of the CRBF dated June 26 2001, credit institutions and investment firms (not including those providing portfolio management services) shall have an adequate internal control system and operational risk’s measures. When the Cecei examines an application for licensing one of the above-mentioned entities, it checks whether the investment firm or credit institution is efficiently organized, notably as far as internal control and protection against operational risk are concerned.

Pursuant to Article 10 of Cob Ruling number 96-02 dated December 24 1966, investment firms that have portfolio management activities must also set up an internal control procedure. The Cob checks whether the management company has an efficient internal control system before giving a licence to provide portfolio management services in France.

Do you believe that Sarbanes-Oxley will have a material impact in your jurisdiction?

The Sarbanes-Oxley Act of January 23 2002 (the Act) should not have any direct impact in France. However, the French regulators share the same priorities with the American regulators, and the Cob has therefore published in August 2002 a professional guide to the attention of managers of listed companies. This vade-mecum reminds managers of their professional obligations and ethics (for example, personal obligations to declare the transactions undergone by managers on the securities of their company and obligations to keep shares under the registered securities form or in deposit), while running the company.The Draft Bill is also being influenced by the Act, since the Parliament has inserted some new provisions on research analysts and their ability to manage conflicts of interests, and since the Draft Bill also provides for new rules setting up auditor’s independence (for example, splitting up auditing and advising activities).

Does the regime in your jurisdiction include a requirement for controllers and major shareholders of regulated banking institutions to be approved by the supervisory authorities?

Pursuant to Article L 511-10 of the Code, credit institutions must prove that the quality of their shareholders reaches high standards, in order to obtain a banking licence from the Cecei. This regulatory entity checks whether the shareholders who bring in the capital, can sustain the development and solidity of the credit institutions.

Pursuant to Regulation number 96-16 of December 20 1996 relating to modifications of the situation of credit institutions and investment firms other than portfolio management companies (the authorized entities), any person or group of persons acting together should obtain the authorization from the Cecei before the realization of any transaction of acquisition, extension or cession of shares, directly or indirectly, in authorized entities, when this transaction has one of the following effects. It leads the person or group either to obtain or lose the effective power of control on the firm’s management or obtain or lose one-third, one-fifth or one-tenth of the voting rights. Moreover, any transaction that allows one person or a group of persons to obtain one- twentieth of the voting rights must be immediately notified to the Cecei.As far as the statutory auditors of credit institutions and investment firms are concerned, Article L 511-38 of the Code provides that two auditors are designated after the consent of the Banking Commission. Whenever required, the Banking Commission can also designate an additional statutory auditor.

Internal controllers do not have to be approved by the French supervisory authorities, but, pursuant to Regulation number 97-02 of February 21 1997 relating to internal control of credit institutions and investment firms, the regulated entities must select a person responsible for the coherence and efficiency of internal control, and inform either the Banking Commission, or the Cob or the Conseil des Marchés Financiers of their choice.

INVESTOR PROTECTION

Have there been any recent significant changes to insolvency legislation in your jurisdiction, or are any such changes proposed? Have they made or will they make the regime more or less borrower friendly?

EU Regulation number 1346/2000 of May 29 2000 has entered into force in France on May 31 2002. This new set of rules simplifies the treatment of transnational insolvencies within the EU and is applicable to all type of bankruptcies, either for legal entities or natural persons, with the exclusion of bankruptcies of insurance companies, credit institutions and investment firms that offer services implying holding funds and securities of a third party. The most important aspect of this new Regulation is the fact that it sets up the principle of immediate recognition of decisions relating to insolvency procedures. Previously, it was necessary to use the exequatur procedure in order to have an insolvency court recognized in France. Now, the only reason for which a member state could refuse to recognize an insolvency proceeding started by another member state, would be to prove that the effects of such proceeding breach its public order. This new Regulation seriously decreases the possibilities to refuse the recognition of any foreign decision.

Since Regulation number 1346/2000 entered into force in May 2002, French regulators are looking to change the insolvency regime, in order to include in this framework the bankruptcy of natural persons for their non-professional debts, which does not exists at a national scale in France. In effect, while the bankruptcy of natural persons for their professional debts is possible (for example traders or craftsmen), civil insolvency is not allowed at present by French national law. As a consequence, a draft bill on the treatment of natural persons with excessive debts should be submitted to the French Senate in June 2003. The new procedure is inspired by the civil insolvency regime already existing in Alsace and Moselle, two French departments.

Does your jurisdiction operate a deposit protection or guarantee scheme protecting retail depositors from loss in the event of the insolvency of an authorised bank?

Pursuant to Article L 312-4 and Article L 511-43 of the Code and to several regulations from the CRBF relating to the guaranty of deposits and any other reimbursable funds held by credit institutions having their head office either in France or Monaco, French credit institutions must register with the guaranty fund for deposits, a legal entity managed by an executive board controlled by a supervisory board. Financed by the contributions of the registered institutions, the fund is aimed at indemnifying the depositors in case of unavailability of their deposits or other reimbursable funds. The Banking Commission decides when and to whom to give these indemnities: funds of UCITS, credit institutions and investment firms cannot receive any indemnification. The indemnity granted by the guaranty fund for deposits may not be higher than €70,000 by depositor. Pursuant to Article L 322-1 and seq and to Article L 533-13 of the Code, investment service providers having an activity of securities’ custody must register to a securities guaranty fund, aimed at protecting investors against risks linked to custody of financial instruments. Managed by the above-mentioned guaranty funds for deposits, the securities guaranty fund is run in a similar way.

Does your jurisdiction have an ombudsman scheme, arbitration scheme or similar scheme for the resolution of disputes between a bank and its retail customers other than through formal legal proceedings?

Law number 2001-1168 of December 11 2001 relating to urgent economical and financial reforms (the Murcef Law) had provided for an ombudsman scheme to solve disputes between a credit institution and its retail customers. This banking mediation was envisaged in the Murcef Law as either an alternative or a prerequisite to legal proceedings. The new arbitration scheme has been revised and completed by the Charter of February 2003 on agreements on deposit accounts, signed by every credit institution in France. Every French credit institution should now choose an ombudsman who is supervised by the Central Committee of Mediation. If the bank doesn’t appoint a mediator, the French Banking Federation shall provide an ombudsman to the retail customer who files a claim. The mission of this mediator is to recommend a solution to both parties (the bank and the retail customer) and therefore answer to the query of the retail customer who has solicited him within two months. The recommended solution does not have to be followed by both parties who could prefer going to court. The mediator also reports its activity to the governor of the Bank of France annually.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

captcha


-- Télécharger sous format PDF --


Faut-il légiférer sur l’activité des analystes financiers?

Faut-il légiférer sur l'activité des analystes financiers?, cabinet d'avocats en droit bancaire a Paris Crefovi, cabinet d'avocats en droit financier a Paris Crefovi, droit bancaire, droit financier Depuis plusieurs mois, le législateur et les organisations professionnelles français s’emploient à un encadrement plus strict de l’analyse financière. Une réglementation plus contraignante vis-à-vis des personnes diffusant et publiant de l’analyse financière est-elle réellement nécessaire ? Quelle serait la compatibilité de ces futures règles avec les normes internationales ?

Lire l'article ici

Continuer la lecture de Faut-il légiférer sur l’activité des analystes financiers?


-- Télécharger sous format PDF --


L’alliance Gucci PPR: un exemple de l’application de la réglementation sur les Offres Publiques d’Achat (OPA)

L’alliance Gucci PPR est basée sur une offre d’achat hostile très connue, qui s’est jouée en appliquant la réglementation sur les OPA à l’avantage de PPR, rivant le pion à LVMH.

L'alliance Gucci PPR

Depuis le début de l’année 2003, la presse économique cite fréquemment le groupe de distribution Pinault Printemps Redoute (PPR). Tout d’abord, parce que celui-ci multiplie les cessions de ses actifs jugés non stratégiques (vente au Crédit Agricole de 61% du capital de Finaref, rachat par Office Depot de Guilbert, leader européen de la distribution de fournitures de bureau aux entreprises, cession au groupe Wolseley de Pinault Bois & Matériaux…) ; mais aussi parce que PPR a racheté en parallèle de nombreuses actions de la société de droit néerlandais Gucci Group (Gucci), portant sa participation dans le groupe de luxe à 63,28% au 8 mai 2003.

En outre, François Pinault, le fondateur du groupe PPR et l’homme ayant organisé le recentrage du groupe vers le luxe et la grande distribution, vient de céder la présidence d’Artémis, la société holding détenant 42% de PPR, à son fils François-Henri Pinault. Enfin, le styliste de Gucci, Tom Ford, a exercé, début mai 2003, 1 million de ses stocks-options sur les 4 qu’il peut utiliser de décembre 1999 à juin 2004. Ce désengagement de Tom Ford dans l’actionnariat de Gucci a été interprété comme un signe de son prochain départ du groupe de luxe, accentué par le fait que son contrat de travail arrivera à terme en juin 2004. Ces rumeurs ont été démenties par le créateur qui annonçait son intention de rester tant que « sa liberté de création ne serait pas menacée ».

Il convient de rappeler le contexte ayant permis à PPR de devenir l’actionnaire majoritaire de Gucci, ainsi que les objectifs vers lesquels ces deux groupes tendent aujourd’hui.

La découverte du chevalier blanc, PPR

Selon l’article 1er du Règlement COB n° 2002-04, une OPA correspond à « toute offre faite publiquement aux détenteurs d’instruments financiers négociés sur un marché réglementé en vue d’acquérir tout ou partie desdits instruments financiers« . Lorsqu’une OPA hostile (c’est à dire non souhaitée par l’émetteur cible) est ou va être lancée sur une société, il existe une tactique de défense qui consiste, pour l’entreprise victime de l’attaque, à trouver un chevalier blanc (white knight) afin de préserver son indépendance. La stratégie est de vendre un large bloc d’actions à un investisseur amical que la société cible ne considère pas comme un concurrent ou un danger.

C’est la solution pour laquelle Gucci a opté en mars 1999, suite au rachat par Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH) de 34,4% de son capital (20 154 985 actions). Quatre ans plus tôt, Gucci était introduite en bourse à New York et à Amsterdam à un cours de 22 dollars US (dollars) et, cinq ans auparavant, Domenico De Sole était nommé PDG du groupe de luxe italien, alors que Tom Ford accédait au rôle de directeur artistique. Ces deux hommes ont vu le rachat d’actions Gucci en janvier 1999 par LVMH d’un très mauvais œil, Louis Vuitton étant le concurrent direct majeur de leur société. En effet, même si LVMH n’était pas soumise à l’obligation de droit français de déclencher une OPA suite au franchissement du seuil de 33,33% dans le capital de Gucci (puisque le fait que la cible soit cotée aux Pays-Bas fait tomber la potentielle opération dans le champ de compétence de la loi néerlandaise, qui n’impose pas de faire une OPA dans de telles circonstances), le premier groupe de luxe au monde prenait néanmoins une position prépondérante au sein du capital du maroquinier italo-néerlandais.

Pour contrer l’attaque, Domenico De Sole et ses conseillers ont tout d’abord organisé une augmentation de capital par apport en numéraire réservée aux salariés dans le cadre d’un Employee Stock Ownership Plan, visant à diluer la part de LVMH dans le capital à 25,6%, mais qui fut annulée par la Chambre des Entreprises de la cour d’appel d’Amsterdam parce que celle-ci jugea l’augmentation douteuse. Alors que la Chambre des Entreprises invitait LVMH et Gucci à négocier dans sa décision du 3 mars 1999, Gucci mis subtilement en œuvre la technique du chevalier blanc : Morgan Stanley, la banque d’affaires de Gucci, suggéra de lancer une seconde augmentation de capital par apport en nature, qui serait réservée à PPR, un groupe jusqu’alors inconnu dans le luxe ; ceci aurait pour conséquence la dilution de la participation de LVMH de 34,4% à 20,6%. Gucci, qui voulait échapper à LVMH, se montra enthousiaste mais peu disposée à faire des concessions sur le prix de vente de ses actions ; PPR qui en parallèle négociait le rachat de Sanofi Beauté dont les actifs comprenaient notamment Yves Saint Laurent Couture et Yves Saint Laurent Parfums, souhaitait se diversifier dans le secteur du luxe. Le 19 mars 1999, le Strategic Investment Agreement (SIA) entre PPR et Gucci fut signé, immédiatement suivi de l’augmentation de capital : pour acquérir 39 007 133 actions, soit 40% du capital de Gucci, PPR dû payer 2,9 milliards de dollars, soit 75 dollars par action Gucci (alors que le cours de la bourse à l’époque était de 60 dollars par action). La Chambre des entreprises de la cour d’appel d’Amsterdam refusa, dans son arrêt du 27 mai 1999, d’annuler cette augmentation de capital à la demande de LVMH, estimant que toute société cible a le droit de se défendre contre un « actionnaire inopportun qui acquiert un degré dominant ou notable de pouvoir ».

La menace sous-jacente, au sein de la stratégie du chevalier blanc, consiste en ce que les relations entre le dit chevalier et la société se détériorent, et que le premier souhaite à terme acquérir le contrôle total de l’entreprise qu’il a préalablement « secourue ».

Les clauses de standstill et l’échéance de mars 2004

Afin d’éviter que le chevalier blanc ne se transforme en raider hostile, les sociétés utilisent en général les conventions de standstill, qui imposent certaines limites à l’investisseur entrant dans le capital de l’entreprise afin de protéger celle-ci d’une OPA non consentie. Ainsi, le contrat d’achat d’actions limitera le pourcentage d’actions que le chevalier blanc pourra acquérir, en plus des actions obtenues préalablement dans le cadre de la stratégie défensive face à la tentative d’OPA hostile, durant une période de temps spécifique nommée « période de standstill ».

Pour aménager au mieux les rapports entre Gucci et PPR, le SIA comprenait une période de standstill de cinq ans (jusqu’en 2004) durant laquelle PPR acceptait de ne pas porter sa part dans l’actionnariat de Gucci à plus de 42%. L’autonomie de Gucci était en outre préservée par des clauses complémentaires de non-concurrence entre PPR et Gucci et d’assurance de l’indépendance de Gucci… Entre juin 1999 et novembre 2000, LVMH a interjeté appel de la décision de la Chambre des entreprises de la cour d’Amsterdam du 27 mai 1999, et a intenté cinq actions auprès de la Cour du District d’Amsterdam contre Gucci, afin, entre autre, de faire annuler le SIA ainsi que l’augmentation de capital en faveur de PPR. Suite à deux ans et demi de négociation, les trois parties en présence (Gucci, PPR et LVMH) ont trouvé un consensus, adoptant un accord de rachat d’actions (l’Accord) et modifiant le SIA le 9 septembre 2001.

L’Accord prévoyait la résolution du conflit entre les trois sociétés en trois étapes, afin d’aboutir au désengagement de LVMH dans la part de 20,6% détenue dans le capital de Gucci ; en contrepartie de quoi LVMH, Gucci et PPR acceptaient de retirer toutes plaintes et actions judiciaires en cours relatives aux parts dans l’actionnariat de LVMH, PPR et Gucci. Dans un premier temps, PPR s’est obligée à acquérir le 22 octobre 2001, 8 579 337 actions (représentant 8,6% du capital de Gucci) auprès de LVMH à un prix de 94 dollars par action. Dans une deuxième étape, un dividende exceptionnel de 7 dollars par action devait être versé par Gucci à tous ses actionnaires sauf PPR, au plus tard le 15 décembre 2001. Enfin, PPR a accepté de lancer une OPA à l’attention des actionnaires minoritaires de Gucci (y compris LVMH) à la date du 22 mars 2004, au prix de 101,50 dollars par action afin d’acquérir le solde du capital de Gucci ; cet engagement étant assorti de clauses de pénalité au cas où PPR renoncerait à faire cette offre pour une cause autre que la force majeure (LVMH et Gucci auraient alors le droit de réclamer des dommages et intérêts à PPR et Gucci pourrait distribuer des dividendes en actions, ce qui réduirait la participation de PPR dans cette société à 42%). Une clause de standstill à l’égard de LVMH fut insérée dans l’Accord, puisque du 9 septembre 2001 au 31 décembre 2009, LVMH et ses filiales ne pourront acquérir d’actions du groupe Gucci, sauf à lancer une OPA sur 100% des actions Gucci, suite à l’autorisation préalable du conseil d’administration et des directeurs indépendants de Gucci. LVMH ne pourra en outre pas, durant cette période, s’immiscer dans la gestion de cette société et s’est engagée à être un actionnaire passif, n’exerçant ses droits que pour recevoir des dividendes et voter aux assemblées générales. Le 17 décembre 2001, suite à la réalisation des deux premières étapes de l’Accord, LVMH vendait les 11 565 648 actions restant en sa possession (représentant 11,5% du capital de Gucci) au Crédit Lyonnais, à un prix moyen de 90 dollars par action, se désengageant totalement du capital de la société de luxe italienne. Ainsi, Gucci a réussi à tenir LVMH à distance avec l’Accord et a par ailleurs profité de la renégociation du SIA pour modifier la clause de standstill qui la liait à PPR.

Dans le nouveau SIA, PPR s’est engagée à n’acquérir que 70% du capital de Gucci pendant une période de standstill qui prendra fin soit à la date d’exécution de l’OPA en mars 2004 (à condition que les actionnaires minoritaires ne détiennent plus que 15% du capital de Gucci ou qu’ils n’aient plus que 15 millions d’actions Gucci en leur possession) ; soit, si l’offre n’a pas lieu, à la date d’expiration du nouveau SIA (le 19 mars 2009). Par conséquent, PPR ne peut acquérir plus de 70% des actions Gucci, notamment par le biais de ramassages des titres sur le marché secondaire, avant l’OPA de mars 2004.

La stratégie de recentrage de PPR : la constitution du 3e groupe de luxe mondial

Pour acquérir les 60% de Gucci qu’elle détenait au 1er mars 2003, PPR a déjà dépensé 4,6 milliards d’euros, et elle prévoit un budget de 1 milliard d’euros supplémentaire (sur la base d’une estimation de 85 à 90 euros l’action) pour monter sa part dans l’actionnariat de Gucci à 70% avant l’OPA. Cette dernière opération financière devant avoir un coût de 3 milliards d’euros, le recentrage de PPR sur le secteur du luxe se chiffre à 8,6 milliards d’euros. D’où la nécessité pour PPR, dont le ratio d’endettement s’élevait à 76% fin 2002, de vendre ses actifs non stratégiques (tels que les marques de distribution aux professionnels et les services financiers), afin de générer un flux d’espèces nécessaire au remboursement de la dette du groupe et au financement de l’opération Gucci. PPR a ré-échelonné en parallèle sa dette, en émettant des titres obligataires (Océanes) pour un montant de 940 millions d’euros à la mi-mai 2003.

La restructuration du groupe PPR, tant sectorielle que financière, est en cours ; son point culminant étant l’OPA de mars 2004 par laquelle la société fondée par François Pinault devrait obtenir le contrôle de la totalité du capital de Gucci. Si l’ingénierie financière permettra d’atteindre ce résultat, le défi le plus ambitieux que PPR aura sans nul doute à relever consiste en la mobilisation d’une équipe de direction soudée et motivée par la réussite du groupe dans le luxe, et en l’élargissement de la part de marché de l’entité restructurée dans ce secteur industriel aux marges largement bénéficiaires.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

captcha


-- Télécharger sous format PDF --


De l’utilisation des OBSA dans le secteur du luxe

Le cabinet d’avocats en droit de la mode à Paris Crefovi publie de la recherche exclusive sur la prise de contrôle hostile de LVMH par Bernard Arnault. Alors que paraît la biographie de Bernard Arnault intitulée « L’ange exterminateur », il est intéressant d’étudier le mécanisme juridique qui permis à cet homme d’affaires avisé de s’approprier, il y a plus de dix ans, le contrôle de Louis Vuitton Moët-Hennessy (LVMH).

OBSA, LVMH, Louis Vuitton, droit bancaire, droit financier, cabinet d'avocats en droit bancaire et financier a Paris Crefovi, cabinet d'avocats en droit des societes a Paris CrefoviUne émission d’OBSA litigieuse

La loi du 3 janvier 1983 sur le développement des investissements permet aux sociétés d’émettre des obligations qui confèrent à leurs titulaires le droit de souscrire, dans les conditions et délais fixés par le contrat d’émission, des actions de la société émettrice. Les actionnaires de la société émettant des obligations avec bons de souscription d’actions (OBSA) ont en général un droit préférentiel de souscription à ces valeurs mobilières composées, sauf lorsque l’assemblée générale extraordinaire (AGE) a décidé que l’émission d’OBSA emporterait renonciation de la part des actionnaires à ce droit de souscription. Ces OBSA confèrent une très grande souplesse à l’épargnant qui peut opter pour une des quatre stratégies ci-dessous:

– conserver les obligations et vendre ses bons de souscription ;
– vendre les obligations et conserver ses bons dans la perspective d’une hausse des cours des actions de la société ;
– conserver ses obligations et ses bons de souscription;
– vendre le tout.

En 1986, l’AGE de la société Moët-Hennessy autorisait le conseil d’administration à émettre des OBSA et portait renonciation des actionnaires à leur droit préférentiel de souscription de ces titres, dans le seul cas où l’émission était réalisée hors de France, au moyen d’un placement public. S’ensuivit, le 5 mars 1987, une émission de 80.000 OBSA; chaque OBSA comprenant 18 bons de souscription d’actions. Un syndicat de placement fut constitué, au sein duquel les établissements bancaires français conservèrent la plus grande partie des bons.

En septembre 1987, Moët-Hennessy fusionnait avec Louis Vuitton, et devint LVMH. En juin 1988, suite à une tentative avortée d’OPA sur LVMH par le groupe Arnault, un ramassage d’actions, d’obligations convertibles et de bons de souscription LVMH par ce groupe eut lieu. En janvier 1989, un nouveau ramassage permettait au groupe Arnault de détenir 93,9% du total des bons de souscription issus des OBSAs.

Une bataille juridique de plusieurs années

Suite à ces évènements, un communiqué de la COB fut publié le 16 mai 1989, estimant que le placement des OBSA avait été fait dans des conditions contraires aux décisions de l’AGE, mais qu’il appartenait à la seule autorité judiciaire d’apprécier la suite à réserver à de telles opérations. Le 19 mai, des actionnaires minoritaires de LVMH assignaient la société en référé et obtenaient la mise sous séquestre des bons de souscription et des actions en résultant, possédés par le groupe Arnault.

En juin 1989, 78 actionnaires de LVMH assignèrent la société en nullité de l’émission des bons de souscription des OBSA. Ceci allait donner lieu à une bataille juridique de trois ans, comprenant quatre décisions de rejet formulées respectivement par le Tribunal de commerce et la Cour d’appel de Paris, confirmées par un arrêt de la Cour de cassation du 15 juillet 1992.

Quels arguments juridiques l’autorité judiciaire a-t-elle employés pour rejeter le pourvoi des actionnaires de Moët-Hennessy tendant à l’annulation de l’émission des OBSA, alors qu’il n’est pas contestable que les actionnaires n’avaient accepté, lors de l’AGE du 6 juin 1986, de renoncer à leur droit préférentiel de souscription des OBSA que dans le cas où l’émission d’OBSA aurait un caractère public et international ? Alors que « le placement a été organisé dans des conditions contraires aux décisions de l’AGE de la société Moët-Hennessy » (COB), puisque les actionnaires n’ont pu exercer ni leur droit préférentiel de souscription, ni leur droit de souscription par priorité, bien que l’émission d’OBSA n’ait pas revêtu de caractère public ou international, l’autorité judiciaire estime ces raisons insuffisantes pour prononcer l’annulation de l’émission litigieuse

La reconnaissance du vice de la procédure d’émission des OBSA

La Cour d’appel de Paris reconnaît, dans son arrêt du 2 novembre 1989, que des dispositions occultes établies par un protocole passé entre la société Moët-Hennessy et le syndicat bancaire, dont les termes ont été corroborés par le déroulement des faits, avaient été prises par le syndicat de placement pour accaparer de façon durable plus de la moitié de l’augmentation de capital, et pour réserver la cession ultérieure des bons de souscription à des acquéreurs agréés par la société émettrice. Par conséquent, la Cour reconnaît que l’émission d’OBSA avait perdu son caractère public voulu par l’autorisation de l’AGE, et que la prédestination des titres au bénéfice de souscripteurs français organisée par ce protocole ôtait tout caractère international à l’émission. Cette dénaturation de la décision de l’AGE ayant vicié la procédure d’émission des OBSA, il y aurait un risque d’annulabilité de l’émission irrégulière.

Le refus du juge d’annuler l’émission litigieuse

Comment la nullité des bons de souscription pouvait-elle être obtenue? Les demandeurs crurent qu’il suffisait d’invoquer la nullité des titres litigieux et son opposabilité aux sociétés du groupe Arnault. La Cour d’appel jugea, dans son arrêt du 2 novembre 1989, que si l’émission était incontestablement irrégulière, il ne pouvait être prononcé la nullité des seuls bons de souscription d’actions au motif que l’émission d’OBSA était indivisible: en effet, les demandeurs n’avaient pas conclu à la nullité de l’émission des OBSA mais à la seule nullité des bons de souscription.

Les actionnaires minoritaires décidèrent alors d’assigner de nouveau la société LVMH, ainsi que les sociétés du groupe Arnault ayant détenu les titres litigieux, devant le Tribunal de commerce auquel ils demandèrent de prononcer la nullité de l’émission des OBSA: Ils furent déboutés par un jugement du 19 janvier 1990, confirmé par l’arrêt de la Cour d’appel de Paris du 26 avril 1990. Dans sa nouvelle motivation, la Cour précisait que, bien que l’émission d’OBSA soit irrégulière, aucun des demandeurs à l’instance ne pouvait justifier d’un intérêt à agir.

La Cour estimait « qu’aux termes de l’article 31 du Nouveau Code de Procédure Civile, l’action n’est ouverte qu’à ceux qui ont un intérêt légitime au succès ou au rejet d’une prétention ». Elle se retranche derrière l’autorité de la chose jugée pour estimer qu’il avait été définitivement jugé que les actionnaires, qui n’avaient été privé que de leur droit de priorité, lequel n’est pas négociable, et non pas de leur droit préférentiel de souscription, ne pouvaient arguer du moindre intérêt matériel. En outre, la juridiction d’appel considérait que les demandeurs ne pouvaient davantage exciper d’un intérêt moral à agir, puisque, dans l’arrêt du 2 novembre 1989, elle avait déjà relevé les vices de la procédure d’émission et pris en compte le préjudice moral des actionnaires. La Cour de cassation, dans son arrêt confirmatif du 15 juillet 1992, invoquait l’appréciation souveraine de la Cour d’appel de l’absence d’intérêt matériel et moral à agir des demandeurs, et refusa de faire droit à la demande des actionnaires minoritaires d’annuler l’émission d’OBSA en date de 1987.

Bernard Arnault a ainsi obtenu le contrôle de la première société de luxe du monde par l’utilisation d’OBSA, profitant de ce que le régime juridique de ces nouvelles valeurs mobilières composées était encore mal connu par les tribunaux, pour neutraliser les actionnaires minoritaires de LVMH. Les professionnels du droit ont suivi le conflit judiciaire de très près puisque ce litige a permis d’éclaircir le régime juridique des OBSA encore mal défini à l’époque, et de préciser les contours de l’action en nullité en droit des sociétés. Les décisions jurisprudentielles citées ci-dessus, relatives à la demande d’annulation de l’émission litigieuse constituent, aujourd’hui encore, les arrêts de référence en matière d’OBSA.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

captcha


-- Télécharger sous format PDF --